Le connu et l’Inconnu

Les Amis,

lors du dernier jour des e-Days 2017, pendant le moment “table ronde”, on me demandait comment je “faisais” avec le connu. Vaste question. Je lui ai parlé du fait que j'étais de plus en plus touché par la relation qui existe entre le connu et l'inconnu justement.

Mais comment répondre à une telle invitation en qq minutes, “juste comme ça”? Comment exprimer l'énorme gratitude qui se trouve derrière cette question?
En y revenant ici, justement.
Et en partageant l'évolution de ce que j'en comprends, de ce que j'en vis.

Pour moi, tel que je la goute, ma vie est le connu. Plutôt mon expérience est le résultat de ce que je sais. Mon expérience, la forme des choses telle que je les expérimente est ce que je sais de ces choses.

Alors, il en découle qq chose de très beau: que ma vie est en fait l'évolution incessante de ce que je sais, ou comprends. Comme on l'a déjà beaucoup dit, je fais l'expérience de ce que je crois. Je perçois ce que je crois, et non l'inverse.
Ainsi, l'évolution de mon expérience est directement liée a l'évolution de ce que je comprends ou conçois. Du connu, de mon connu.

Cela commence à nous parler des zones de confort que nous avons mentionnées, et de la peur de l'inconnu dont nous faisons l’expérience, chacun.
Mais si j'embrasse l'idée que mon connu est sans arrêt imbibé par l'inconnu, que ma compréhension et donc ma perception est toujours infusée de l'Incompréhensible qui est, alors un rapport, une relation créative surgit! Je suis le pont entre l'inconnu et le connu. Je suis créateur de connu… ou plus exactement je permet à l'inconnu de se rendre connu, toujours.
Je suis vraiment ce pont entre les deux.

Et mon expérience, ma vie telle qu'elle est, est ce résultat, cette offrande, toujours en changement, toujours en évolution.

Mon expérience, si je maintiens ma peur de l’inconnu et donc ma nécessité de garder les choses telles qu'elles sont, ne semblera pas prendre d'envol justement.
Je garderai ma vie dans ses limites, dans son confort, dans mon contrôle.

Mais si je tombe amoureux de la relation qui existe entre connu et inconnu, que je suis justement le lien créateur entre ces deux pôles, alors ma vie devient tout d'un coup mon œuvre d'art. Un tableau que je co-crée, littéralement avec le divin inconnu, souhaitant Lui-meme se connaitre a travers moi, a travers mon cœur joint a mon esprit. Cela devient la relation de l'Amour informé qui s'informe par mon cœur et prend forme dans le monde.

Quand cette relation amoureuse prend le dessus sur le reste, alors ma perception des choses change complètement. Ma vie devient un but a l’œuvre. Elle est le jaillissement, la création en direct. Elle est l'inconnu devenant connu , à la mesure de mon lacher-prise, de mon abandon… de l'abandon de ce que je sais pour ce qui s'en vient. Pour ce qui se transforme… pour une matière évolutive en soi (car l'Incompréhensible imbibe tout, et est au cœur des choses, n'attendant qu'a jaillir et actualiser la prochaine étape de tout).

Un point très très important dont on avait aussi parlé lors de cette dernière table ronde, c’était l'identification.
Et bien je me permets de terminer sur ce point énorme, le lien entre ciel et terre: nous.
Car les prochaines étapes de notre monde ne s'actualisent qu'en la présence de la prochaine étape de nous-mêmes! De nous m'aime plutôt.
Il existe aussi des nouvelles couches de nous-mêmes, des nouveaux connus à venir, qui seront les bases sur lesquelles les nouvelles expériences fleuriront.
Les regards que nous sommes, en s'élargissant dans la connaissance d'eux mêmes, élargissent simultanément leur compréhension de la manifestation, et donc la manifestation elle-même, qui est la phase connue de l'Inconnu que nous sommes en vérité.

Quel Amour !!!